Pau, des visages des figures

La ville est une histoire qui ne s’arrête jamais. Ses espaces collectifs sont habités, hantés, par la présence de ceux qui nous ont précédés : quelques « phares » historiques bien sûr, et d’autres qui nous sont parfois inconnus, mais qui ont donné leur nom à une rue, une place… Ou bien à qui on a dédié, ici ou là, une sculpture, un buste, une plaque commémorative, le nom d’un équipement collectif. Et d’autres encore dont l’espace urbain ne garde pas trace mais qui font pourtant partie de notre inconscient collectif.

Pau, des visages, des figures
Atelier « écrire la ville » #1

« Nous ne pourrons jamais expliquer ou justifier la ville. La ville est là. Elle est notre espace et nous n’en avons pas d’autre. Nous sommes nés dans des villes. Nous avons grandi dans des villes. C’est dans des villes que nous respirons. »
— Georges Perec

Cet atelier traite de la ville et des rapports que le design graphique entretient avec elle… Le projet est ici de s’intéresser à ces visages, à ces figures, qui font de Pau une ville singulière, en commençant par aller, en toute « ignorance » (Jacques Rancière), chercher leurs traces dans la ville elle-même. Comment la ville se raconte-t-elle dans l’espace de ses rues, de ses places, de ses jardins, dans ses édifices publics ou ses musées? Et que pouvons-nous – ou savons-nous – décrypter de ce qu’elle nous montre et nous dit, à travers ces visages, ces figures?