Pas l'temps pour les regrets,
Les erreurs n'appartiennent qu'à nous-mêmes.
Né pour amener ma part de progrès,
Pour qu'à mon tour j'procrée


De ceux pour qui le jour porte conseil,
quand c'est la nuit qu'on agit,
Traîne ma chair et mon ossature vers n'importe quelle
latitude sous n'importe quel degré
Le monde est vaste,
Pour certains trop ptit, séparé en deux castes,
Ceux qui répandent l'amour et ceux qui dépendent de la haine,
On y grandit en perdant l'innocence
Que chacun d'nous posssède à sa naissance.
Combats nos faiblesses, fortifie mon mental, sanctifie mon âme, mon essence
Adam structure mon ADN. Né non pas pour vivre seul Cause au nom de l'universel
Puise mes instruments dans la flore pour ma faune
Dans la rue pour mes gens aux instincts d'fauves
À nous les fautes
Quand les pulsions l'emportent sur la réflexion
Te privent de contrôle, primitive réaction,
Préviens les autres.
Que veux-tu que j'dise quand s'enfoncent Les têtes de mon 92 enfance
Trop s'plaisent à tiser
Et vomir,
Spliffent avant d'dormir
Et dès le matin remisent
Les erreurs n'appartiennent qu'à nous-mêmes,
Pas l'temps pour les regrets

Pas L'temps Pour Les Regrets
Les Erreurs N'appartiennent Qu'à Nous-memes,
Né Pour Amener Ma Part De Progrès

On dit qu'la vie des jeunes de la rue est triste.
Mais qui tu blâmes
 J'ai pas besoin d'tes larmes. Où est le drame
Depuis l'CP les billes, j'sais qu'c'est niqué. Donc j'fais mon billet
Si j'dois t'briser pour briller. Hors de
portée, mort de rire sans remords
Quand j'écoute les menaces de mort des forces de l'ordre.
T'écoutes du R.A.P.
Des mecs qu'en ont rien à péter
À tout niquer j'viens m'apprêter, mettez les
femmes et les enfants à l'abri
Y'a nos reufs prêts à agir avec magie qu'attendent à la grille

Mauvais regards puis coups durs,
Hématomes et points d'suture,
Brolic à la ceinture et plus lourd dans le coffre de la tire.
Les cerveaux saturent
Par manque d'amour Et d'air pur.
Tout comme nos chiens, on a besoin d'verdure.
Mais on est des hommes
Donc on endure
Réduit dans des zones,
92 Hauts d'Seine géographie.
Quand s'ouvrent les portes de l'enfer, que la nuit suffit pour couverture.
Se défient le vice et le vertu.
Les erreurs pèsent sur les curs,
Seul le repentir sincère pour les mettre à l'écart.

Né pour amener ma part de progrès.
Pas l'temps pour les regrets.

J'vis d'haine et d'eau fraîche
D'illicite et d'péché
Mon seul taff j'rappe sur SP12, MPC
J'vois pas mes frères agir à jeun sans l'biz,
Incapables de survivre
y s'lèvent le matin mais juste pour pisser
Des soirées sans chèques et sans que-shnés
C'est tellement naze que pour kiffer j'dois m'défoncer au whisky
Du son pour lé-rou
Un putain d'flow d'banlieue pour les Khos
Beurs, négros peace et les terroristes
Éclate allocations, insertions
Sous pression comme nos consommations,
Dès qu'on sort bédave comme si c'est permis
La vie c'est
Des griffes avec du vernis, string, 90C
Suicide à la hilla
Trop faya pour aller prier
J'ai peur de crier quand j'vais griller
92 hardcore, depuis l'jardin d'Eden
J'avale une bouteille, et j'm'endors avec du Wu-Tang.

Pour qu'à mon tour j'procrée