Lettre D : Désir

En d’autres termes, il n’y a pas de désir qui ne coule dans un agencement. Si bien que le désir, pour moi, ça a toujours été, si je cherche le terme abstrait qui correspond à désir, je dirai c’est CONSTRUCTIVISME.

Le désir c’était quoi C’était pas ce qu’on a cru... ça été un grand malentendu, un tout petit malentendu. On voulait dire une chose, vraiment très simple. On prétendait présenter un nouveau concept de désir. Les concepts renvoient à des choses extrêmement concrètes. Il n’y a pas de concepts philosophiques qui ne renvoient à des déterminations non philosophiques. On voulait dire la chose la plus simple du monde. On voulait dire jusqu’à maintenant, vous parlez abstraitement du désir, parce que vousextrayez un objet supposé être l’objet de votre désir. Vous pouvez dire, je désire une femme, je désire faire tel voyage, je désire ceci, cela. Et nous, on disait une chose très simple, vous ne désirez jamais quelqu’un ou quelque chose, vous désirez toujours un ensemble. Ce n’est pas compliqué. Et notre question, c’était, quelle est la nature des rapports entre des éléments, pour qu’il y ait désir, pour qu’ils deviennent désirables. Je vais dire, je ne désire pas une femme, j’ai honte de dire des choses comme ça, c’est Proust qui l’a dit, et c’est beau chez Proust, je ne désire pas une femme, je désire aussi un paysage qui est enveloppé dans cette femme, un paysage qu’au besoin je ne connais pas et que je pressens et tant que je n’aurai pas déroulé le paysage qu’elle enveloppe, je ne serai pas content, c’est à dire que mon désir ne sera pas abouti, mon désir restera insatisfait. Là, je prends un ensemble à deux termes, femme-paysage. Mais c’est tout à fait autre chose, quand une femme désire une robe, tel chemisier, c’est évident qu’elle ne désire pas telle robe, telle chemisier dans l’abstrait, elle le désire dans tout un contexte de vie à elle qu’elle va organiser, elle le désire non seulement en rapport avec un paysage mais avec des gens qui sont ses amis, ou avec des gens qui ne sont pas ses amis, ou avec sa profession etc. Je ne désire jamais quelque chose de tout seul. Je ne désire pas un ensemble non plus, je désire dans un ensemble. Là, on pourrait revenir sur ce qu’on disait sur l’alcool, boire. Boire, ça ne veut jamais dire boire et puis voilà. ça va dire ou bien je désire boire tout seul en travaillant, ou bien boire tout seul en me reposant, ou bien aller retrouver les copains pour boire, aller dans tel petit café.

DÉSIRER, c’est CONSTRUIRE UN AGENCEMENT, c’est CONSTRUIRE UN ENSEMBLE, l’ensemble d’une jupe, d’un rayon de soleil, [d’une femme dit Claire Parnet] d’une rue... l’agencement d’une femme, d’un paysage, d’une couleur, voilà ce que c’est un désir, c’est donc construire un agencement, une région, c’est vraiment agencer. Le désir, c’est du constructivisme, ....

Titre

Claire : C’est justement parce que c’est un agencement que tu as eu besoin alors d’être deux pour écrire l’Anti œdipe avec Félix Guattari ?...

Titre

Avec Félix, on a fait un agencement à deux, où quelque chose passait entre les deux. Ce sont des phénomènes physiques. Pour qu’un événement se passe, il faut une différence de potentiel, pour qu’il y ait une différence de potentiel, il faut qu’il y ait deux niveaux, il faut qu’il y ait deux. À ce moment-là quelque chose se passe, un éclair passe ou pas un éclair ou un petit ruisseau et c’est du domaine du désir..chaque fois que quelqu’un dit: je désire ceci, ça veut dire qu’il est en train de construire unagencement et le désir ce n’est rien d’autre.

Titre

Est-ce un hasard, si le désir s’éprouve dans un ensemble, ou dans un agencement que l’Anti-Oedipe, où tu parles du désir est le premier livre que tu écrives avec quelqu’un d’autre, avec Félix Guattari ? Il fallait qu’on entre dans cet agencement nouveau pour nous, écrire à deux que chacun de nous deux ne vivait pas de la même façon, pour que quelque chose passe et ce quelque chose qui passait, c’était finalement une hostilité, une réaction contre les conceptions dominantes du désir, les conceptions psychanalytiques. Il fallait être deux, Félix dans la psychanalyse, moi.